Un chantier gigantesque

Publié le par Scolan Quesnel

Au beau prétexte de lutter contre l’érosion, un vaste projet envisage de déplacer le lit de la rivière et de l’obliger à se jeter en mer plus à l’ouest en arasant l’extrémité de la pointe d’Agon. Comme le signale le Commissaire enquêteur : « …par incidence, les travaux sont de nature à améliorer l’accès au mouillage du havre de Regnéville » et de permettre à bon compte le rechargement en sable des stations balnéaires locales… Quelle bonne aubaine !

 

Les grands travaux
Ces travaux projetés dans le havre de Regnéville sont demandés par l’Association syndicale de défense contre la mer d’Hauteville-sur-Mer et le Syndicat intercommunal de défense du littoral et d’aménagement touristique de la Baie de Sienne dans le but d’éviter l’érosion littorale, de préserver les ouvrages existants et d’accroître l’accessibilité aux zones de mouillages.

En pratique, il s’agit de l’élargissement et du déplacement du chenal de la passe d’entrée du havre, de la construction de six épis rocheux sur la plage d’Hauteville et son rechargement en sable avec les sédiments prélevés en creusant le nouveau chenal et en arasant l’extrémité de la pointe d’Agon. Ces travaux sont prévus en plusieurs tranches étalées sur dix ans (plus les années d’entretien ultérieur), ils comportent l’extraction et le transport d’environ 300 000 m3 de sédiments sableux.

 
Rien que pour la première tranche, consacrée au rechargement en sable du littoral face à Hauteville, c’est 80 000 m3 de sédiments qui seraient déplacés, soit 5 330 rotations de “dumper” (d’une capacité de 15 m3) à raison de 300 chaque jour !


Ci-dessus, sur cette photographie aérienne de 2002, on observe très bien l’effet néfaste de la digue basse qui, en contrariant le cours de la Sienne, a fait disparaître la pointe de Regnéville. En pointillé, le tracé du chenal et en trait plein la partie supprimée de la pointe d’Agon tels que prévus dans le projet. Evidemment, la pointe continuant de s’allonger, l’étude prévoit pour les années futures de faire un épi pour stopper le sable venant du nord et pouvoir ainsi régulièrement venir y charger du sable pour les plages de Hauteville et d’Agon-Coutainville. Cela fera l’objet d’une autre enquête...

Ci-dessous, les zones d'emprise des travaux ont été reportées sur une photographie plus récentes (2006). On distingue nettement l'avancée dunaire qui est absente sur les fonds de cartes, vieux de plus de 10 ans, qui sont présentés dans l'étude d'impact.

Voir en annexe, la synthèse du dossier de l’enquête publique ( J. Cartry) et la lettre au commissaire enquêteur de J-P Peltier

Commenter cet article

Dr de narbonne 20/03/2007 11:52

jusqu\\\'à la marée/ tempêted\\\'equinoxe de pâques 1917 qui a détruit les ouvrages il existait 4 digues epis ,2 sur agon et 2 en regard sur regneville ,aux moncey et devant la mairie au débouché du ruet.ces digues de cailloux non entretenues apres 1918 et dont on voit parfaitement les traces aujourd\\\'hui permettaient de canaliser la sienne qui débouchait au pied du phare d\\\'Agon! et ce depuis le 17° siècle .sur le site actuel de la plage de montmartin on voit encore les traces dont le puits ,de la ferme Lequesnel remontant au18°siecle.c\\\'est dire que la lutte contre les errances de l\\\'estran n\\\'est pas nouvelle .dire que l\\\'on ne peut rien faire contre est faire fi et prendre les habitants des pays bas pour des fous.Il est nécessaire de supprimer le tres récent banc de la pointe d\\\'agon pour faire deboucher la sienne dans son lit historique .Souvenons nous que les parcs à huitre étaient salés 2 fois par jour qu\\\'elle que soit le coeff de marée!donc en un siècle le havre s\\\'est comblé de 3 mètres.vive regneville sur mer et qu\\\'enfin il redevienne ce qu\\\'il a toujours été : un port et non le refuge des schlomdus à tete cendrée ( à ne pas confondre avec les s.à tete couronnées)Les oiseaux c\\\'est bien mais l\\\'activité maritime de regnéville c\\\'est mieux.
 

Alain Livory 22/03/2007 21:36

Voir la réponse d'Alain Livory en page d'accueil.

jean-paul peltier 24/02/2007 16:00

beau travail et le site (informatique) est superbe.
dans le chapitre " CHANTIER GIGANTESQUE" il ne faudrait pas se limiter aux 300 000m3; mais évoquer aussi les extractions prévues en plus pour satisfaire la demande de rechrgements d\\\'Agon à savoir 20 tranches annuelles de 20 à 30 000m3 sur sur des durées de 15 à 20 ans.... sans compter les opérations d\\\'entrtien.( ref: page9 du dossier demande d\\\'autorisation)
amicalement
j-p p

Leage 15/02/2007 22:12

Il serait vraiment intéressant de projeter les travaux dessinés sur la carte de 2002 sur une photo analogue de 2005 ou 2006.
On verrait la modification majeure de la pointe d'Agon, et le caractère éphémère de travaux qui viseraient à la traverser !
Pouvez-vous y parvenir ?
SVP
Merci
Yves Lesage